Français

Benjamin Beck est un altiste français, au parcours riche et éclectique, avide de jouer et partager sa musique avec le public.

Fasciné par la sonorité de l’alto, il choisit cet instrument à l’âge de 7 ans dans sa ville du Pays Basque. Il part pour Paris à 14 ans, et entre bientôt au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (CNSM) dans la classe de Jean Sulem, ce qui ouvre son horizon sur d’innombrables possibilités musicales. Il transcrit déjà à l’époque le Winterreise de Schubert pour acteur, alto et harpe et l’enregistre pour un e-label, effectuant un premier pas dans ses recherches sur la connexion entre l’alto et la voix. Parallèlement, il fréquente l’Université de la Sorbonne, où il obtient une Licence en musicologie.

Après avoir obtenu son Master à Paris, Benjamin poursuit son rêve d’étudier dans la classe de Kim Kashsashian au New England Conservatory de Boston. Il découvre de nouvelles façons de s’exprimer grâce à son alto, et découvre sur l’improvisation et le jazz. Il s’investit aussi dans des collaborations avec des compositeurs contemporains, créant les œuvres de deux d’entre eux qui lui dédient leurs pièces. De retour en Europe, Benjamin poursuit simultanément un Diplôme d’Artiste Interprète au CNSM à Paris et joue avec l’orchestre philharmonique de Berlin en tant que membre de son académie.

Cette intensive expérience d’orchestre au plus haut niveau l’a fasciné et ammené à continuer à jouer dans un orchestre ; il devient à 25 ans alto solo aà l’orchestre de l’opéra de Munich (Bayerische Staatsorchester), puis deux ans plus tard premier alto solo de l’orchestre de Bâle (Sinfonieorchester Basel). Il mène maintenant régulièrement les groupes d’alto des plus grands orchestres tels que l’orchestre du Gewandhaus de Leipzig ou de l’orchestre de l’Elbphilharmonie de Hambourg.

Lors de sa première participation à un concours international à Llanès (Espagne), il en gagne à seize ans le premier prix et le prix spécial. Il obtiendra ensuite de nombreuses récompenses dans de nombreux concours en France et en Europe, dont la Forbesfest Competition à Saint Andrew en Ecosse, ou la Beethoven Hradec Competition en République Tchèque.

Benjamin Beck se produit régulièrement comme soliste en France ou en Allemagne, et en récital ou en musique de chambre au cours des grands festivals dans les plus belles salles du monde, à Paris, Tokyo, Berlin ou Boston… Il y partage la scène avec les artistes les plus inspirants de notre époque, tels que Midori, Christian Tetzlaff, le trio Wanderer ou Peter Frankl. Il affectionne tout particulièrement les concerts qui se déroulent dans des lieux intimes, où le contact avec le public est le plus direct et sincère, et où la musique semble s’exprimer pour chacun individuellement.

Il enregistre en 2015 son premier CD solo, Les voix de l’alto, avec le soutient de la fondation Meyer. Il a reçu en 2019 une bourse du ministère français de la Culture pour imaginer et produire un arrangement d’un opéra de Leos Janacek pour alto, piano et récitant, La Petite Renarde rusée, et travailler sur ce thème avec les élèves d’une école primaire.

Ses autres gravures comprennent un CD d’oeuvres de Jean Françaix avec le quintette Pessoa pour le label suoni e colori, et pas moins de 10 CDs au sein des orchestres avec lesquels il a collaboré, dont une intégrale des symphonies de Sibelius avec Simon Rattle et le Berliner Philharmoniker.

Enfin, Benjamin Beck considère le partage de la musique avec ceux qui y ont difficilement accès comme une priorité et s’investit dans divers projets pour la faire mieux connaître et aimer. Ceux-ci sont destinés à des publics très variés, et ont une portée locale ou internationale, comme avec l’association Music Sharing qui l’a envoyé en Inde et au Japon.